Ni paix ni guerre. Le nouvel Empire soviétique ou du bon usage de la détente (Collection Littérature) par Hélène Carrère d'Encausse

Ni paix ni guerre. Le nouvel Empire soviétique ou du bon usage de la détente (Collection Littérature) par Hélène Carrère d'Encausse

Titre de livre: Ni paix ni guerre. Le nouvel Empire soviétique ou du bon usage de la détente (Collection Littérature)

Auteur: Hélène Carrère d'Encausse

Broché: 413 pages

Date de sortie: July 20, 2016

Éditeur: Flammarion

Ni paix ni guerre. Le nouvel Empire soviétique ou du bon usage de la détente (Collection Littérature) par Hélène Carrère d'Encausse est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Hélène Carrère d'Encausse avec Ni paix ni guerre. Le nouvel Empire soviétique ou du bon usage de la détente (Collection Littérature)

Le 31 juillet 1975, la conférence d’Helsinki consacre la volonté de paix de trente-cinq nations, et d’abord des deux super-grands, URSS et États-Unis. Le 27 décembre 1979, l’URSS envahit l’Afghanistan. Cette guerre, en pleine paix, fit voler en éclats le mythe de la détente. Le monde s’aperçoit soudain, qu’à l’apogée du temps de paix – 1975-1979 – l’URSS a bâti un nouvel ordre. Le premier situé dans l’est européen avait été conquis dans la foulée de la guerre. Le second s’étend en Afrique, en Asie et en Extrême-Orient. Puissance seulement européenne, il y a encore vingt ans, l’URSS est maintenant présente sur la plupart des continents.
Comment se construit un empire à l’époque de la décolonisation et dans des pays nés des luttes anti-coloniales ? Comment se conquiert un empire en temps de paix sans que la société internationale s’en aperçoive ? Quel est le degré de solidité et l’avenir de cet empire nouvelle manière, conquis à l’abri de l’idéologie communiste ?
Ce sont quelques-unes des questions auxquelles Ni paix ni guerre apporte des éléments de réponse. Hélène Carrère d’Encausse trace le panorama des avancées soviétiques en Angola, en Éthiopie, en Afghanistan, au Viêt-nam… Elle analyse la prodigieuse capacité de l’URSS à modifier sa stratégie selon les opportunités, passant allègrement de l’intervention militaire directe à l’usage d’intermédiaires cubais ou libyens, des traités de commerce à la solidarité idéologique, sacrifiant même brutalement, lorsque c’est son intérêt, le Parti Communiste local (Irak).